Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Love sex pendant la grossesse

le Sexe enceinte pendant la grossesse

Disons tout net les choses : faire l’amour ne provoque pas de fausse couche. Même mieux : le sexe fait même du bien pendant la grossesse. Voila c’est dit, ça va tout de suite mieux.

« Ce n’est pas tant le sexe que l’intimité relationnelle qui compte »

Une grossesse bouleverse notre corps, nos hormones, mais qu’en est-il de la vie sexuelle ? De quelle manière l’intimité du couple peut-elle être impactée par l’arrivée imminente d’un bébé ?
Catherine Garçin*, sage-femme sexologue, nous aide à faire le point sur ce qui change, la façon dont on peut maintenir le lien avec son compagnon, et surtout tordre le cou aux idées reçues. Non, le sexe ne peut pas faire mal au bébé, bien au contraire. Oui, il peut déclencher des contractions mais ne présente pas de danger. Petit guide pour une vie sexuelle (enceinte) épanouie.

De quelle façon les hormones influent-elles sur la libido ?

Nous sommes tous sous l’influence des hormones pour notre sexualité, les hommes comme les femmes. Pendant la grossesse, nous vivons un bouleversement hormonal qui agit sur l’état général, et c’est cet état qui influe sur la libido et le désir, en les faisant diminuer, notamment au début. Certaines femmes ont beaucoup de nausées et sont fatiguées au premier trimestre… C’est tout cela qui fait qu’on ne se sent pas très bien et donc, moins enclines à faire l’amour.

Au cours des trimestres, comment cette libido évolue-t-elle en général ?

Au deuxième trimestre, on se sent mieux, donc la libido reprend. Et puis la perception vaginale augmente parce que la congestion vasculaire, l’afflux de sang, sont plus importants. Il y a plus de réponse sexuelle, d’excitation, et des orgasmes plus intenses grâce à cette congestion. Et puis le fait que tout cela réponde mieux motive, donc l’envie d’avoir du plaisir augmente.

En fin de grossesse en revanche, on peut se trouver davantage encombrée par son ventre, et les orgasmes peuvent déclencher des contractions.

Peuvent-ils pour autant déclencher le travail ?

Si la femme a déjà un utérus contractile, un rapport sexuel peut éventuellement déclencher le travail. En revanche, la prostaglandine contenue dans le sperme n’est pas présente en quantité suffisante pour avoir une incidence sur l’accouchement. Si le col est ouvert pendant la grossesse ou que l’on présente un placenta praevia (c’est-à-dire vers le col), on déconseille le rapport qui peut déclencher le travail ou faire saigner, mais c’est très rare. Globalement, la sexualité ne présente aucun risque.

Certaines positions sont-elles à éviter ?

C’est surtout que la taille du ventre peut rendre difficiles certaines positions, comme le missionnaire. Mais toutes les positions postérieures ou de côté sont envisageables, on peut aussi trouver des Kamasutra de la grossesse sur Internet ! C’est l’occasion de développer une autre sexualité, de rappeler qu’il n’y a pas que la pénétration -surtout si elle fait peur pendant la grossesse-, mais que l’on peut prendre plus de temps pour les préliminaires par exemple.

Le bébé peut-il être gêné par le rapport sexuel ?

Il peut ressentir des contractions pendant l’orgasme, des mouvements utérins, mais ils ne le gênent pas. Finalement, il ressent le plaisir de sa maman, donc c’est plutôt bénéfique. C’est par ailleurs la présence de l’enfant qui peut gêner la sexualité du couple.

De quelle manière ?

10% des couples n’ont pas de vie sexuelle pendant la grossesse. La présence du bébé gêne plus souvent les hommes que les femmes, qui l’ont intégré dans leur corps. Ils en parlent peu, ça reste tabou, même en cours de préparation à l’accouchement. Des craintes sont plutôt exprimées sur la sexualité après l’arrivée du bébé. Pendant la grossesse, ils sont concentrés sur ce projet de bébé qui prend toute la place. Et puis, ils ont peur de faire mal à la maman.

Quels conseils donnez-vous aux couples pour qu’ils retrouvent une sexualité épanouie ?

Nous abordons souvent ce sujet avec les couples qui ont vécu une PMA, parce que ce processus modifie la sexualité. Ils ont fait l’amour sur commande, en périodes propices, cela prend du temps et met à l’épreuve le couple et son intimité. Ils en ont marre qu’on leur dise quand faire l’amour. Je leur dis qu’ils vivent maintenant une grossesse comme les autres, et qu’ils peuvent retrouver de la légèreté dans leurs relations.

Le sexe est important pour la cohésion du couple, d’autant plus pendant la grossesse ?

Oui il est important, mais ce n’est pas tant le sexe que l’intimité relationnelle qui compte. Il faut que les couples soient clairs sur ce qu’ils veulent ou non. Il y a souvent des malentendus sur leurs désirs et fantasmes en matière de sexualité. Quand on a peur ou pas envie, on attribue des intentions à l’autre qui ne sont pas les siennes, et on peut se mettre à éviter tout contact. Ce qui est important, c’est de garder la cohésion, la fusion, l’intimité du couple. En fin de grossesse, les craintes peuvent diminuer la libido, mais augmentent l’intimité et l’affection. Et c’est d’autant plus vrai en post-partum.

Cette intimité influe-t-elle sur le bien-être du bébé ?

C’est surtout la relation de couple qui doit être saine, et qui s’est construite bien avant le projet de bébé. In Utero je ne crois pas qu’il y ait une incidence, mais après la naissance, le lien mère-enfant se met en place et c’est son bien être à elle qui compte pour que le bébé aille bien aussi.


* Catherine Garçin, sage-femme et sexologue dans le 5ème arrondissement de Paris. Diplômée de la faculté de médecine de Paris Descartes, elle réalise des suivis de grossesse et propose également des consultations en sexologie.
23 rue des boulangers 75005 Paris.

Tel : 09 82 41 70 72
contact@catherinegarcin.fr


Crédit photo : Toa Heftiba
Mots : Tiphaine Lévy-Frébault pour Mamababy Paris

Suivez mamababy

sur instagram