Confidences de mamans : le retour à la maison

Premieres semaines retour maison avec bebe confidences maman

A la fois magique et source de fébrilité, le retour à la maison avec notre nouveau-né est un moment à part de l’existence. Qu’il s’agisse du premier enfant ou du petit dernier, il nous confronte parfois aux doutes et à l’inconnu, qui doivent être gérés tout en faisant face à la fatigue. Découvrez les témoignages inspirants de jeunes mamans pour gérer au mieux les premières semaines avec un tout-petit.

“Nous nous sommes repliés sur nous-même pour prendre le temps d’atterrir.”

Aurélie, 3 enfants âgés de 6 ans, 3 ans et 7 mois. 

« Lorsque ma première fille est née, je voulais absolument reprendre, le plus rapidement possible, une vie sociale « normale ». J’adore être entourée de mes amis et de ma famille dont je suis très proche, et il me semblait naturel de garder ce contact étroit avec tous. Résultat, dès le lendemain de la naissance de mon bébé, le défilé a commencé à la maternité et s’est poursuivi à la maison. Chaque jour, je recevais une ou plusieurs visites. Je mettais ma fatigue sur le compte du contre-coup de l’accouchement et des nuits hachées…. Mais je pense que c’était aussi (et surtout) lié aux trop nombreuses sollicitations de mon entourage, auxquelles je me pliais volontiers.

Pour ma deuxième grossesse, j’ai rencontré une sage-femme formidable, qui s’inspirait beaucoup de la vision de Maria Montessori. Pour elle, il était essentiel de créer un cocon pour l’enfant et pour sa maman. J’ai décidé de suivre ses conseils et, de fait, mon mari, notre fille et moi étions ravis de pouvoir se retrouver et cocooner tranquillement entre nous. Seuls mes parents semblaient vraiment tenir à venir à la maternité. J’ai refusé toutes les autres visites. Et j’ai espacé les rencontres avec la famille et les amis sur plusieurs semaines. J’avais absolument besoin de pouvoir prendre le temps de vivre au rythme de mon bébé sans me soucier de mon apparence (ou de celle de ma maison !), ou de préparer du thé pour mes invités.

Ce temps de repli a duré un peu plus d’un mois et je pense qu’il m’a permis de mieux récupérer physiquement et, à chacun, de mieux retrouver sa place, loin de l’agitation. L’arrivée de notre petit dernier, il y a quelques mois, s’est déroulée dans les mêmes conditions et je me sens très sereine. »

“J’ai décidé de me faire confiance et de n’écouter que mon bébé.”

Stéphanie, 2 enfants de 22 mois et 8 semaines. 

« Je suis de nature anxieuse et j’ai peu confiance en moi. Dès la naissance de mon premier enfant, sans doute même dès le début de ma grossesse, j’avais besoin d’aller chercher des conseils et de la réassurance pour tout et tout le temps. Dès le retour à la maison, j’ai eu le sentiment d’être démunie, totalement seule lorsque mon mari a repris le travail. L’allaitement, le sommeil… Je tâtonnais et j’avais en permanence peur de mal faire. Dès que ma fille pleurait, je pensais que c’était de ma faute… Bref, au bout de deux mois, j’étais épuisée physiquement et nerveusement.

Heureusement, mon médecin traitant a prononcé ces mots qui ont résonné très profondément en moi : « Devenir parent, c’est apprendre à se faire confiance. Personne ne sait mieux que vous ce dont votre enfant a besoin. » Ces phrases, je me les répète dès que je commence à douter. J’ai appris à m’écouter et, surtout, à écouter mon bébé. Très vite, tout est rentré dans l’ordre : j’ai recommencé à donner le sein à la demande (et non pas toutes les 4 heures comme me sommait de le faire ma belle-mère), j’ai installé le lit de ma fille dans notre chambre pour être au plus près d’elle la nuit… Et j’ai pris le temps d’écouter mon corps et mes propres besoins en préférant dormir plutôt que ranger mon salon ou repasser le linge.

Ma fille a 22 mois, mon fils, 8 semaines. Et malgré l’enchaînement de ces deux grossesses, je me sens aujourd’hui sereine et bien plus reposée que dans les premières semaines de vie de ma fille. »

“En guise de cadeaux de naissance, j’ai demandé des petits plats et des heures de ménage !”

Emmanuelle, 2 enfants âgés de 6 et 4 ans, enceinte de 7 mois

« A la naissance de ma première fille, je me suis très vite sentie débordée. C’était moins les nuits que la gestion des tâches ménagères quotidiennes qui pesaient sur mon moral. C’est vite devenu un sujet de friction avec mon compagnon à qui je reprochais son manque d’investissement et qui trouvait, pour sa part, que j’étais trop exigeante.

Lorsque je suis tombée enceinte de mon deuxième enfant, je crois que cela a été une de mes premières inquiétudes : comment vais-je gérer deux enfants et une maison ? J’en ai parlé à ma sage-femme qui a balayé le problème en une phrase : « A la place des bodies et des doudous, demandez des heures de ménage en cadeau de naissance ! » Au départ, cela me semblait étrange de demander à des amis de cuisiner, de repasser les chemises de mon mari ou de cotiser à une cagnotte « ménage ». Mais tout le monde a parfaitement compris et l’arrivée du deuxième bébé a été bien plus simple à mon goût.

A l’approche de la naissance de notre 3e enfant, je formule le même vœux : avoir de l’aide pour les tâches ménagères m’a vraiment soulagée ! Je sais que je pourrai mettre à profit ces heures gagnées pour dormir, ce qui est sans aucun doute le meilleur moyen de se remettre d’un accouchement. »

“J’ai pris du temps pour moi et pour mon corps.”

Esther, maman de 2 filles, âgées de 5 ans et 9 mois 

« Après la naissance de ma première fille, j’ai eu du mal à me retrouver, à renouer avec mon corps. J’avais pris beaucoup de poids et je me suis longtemps sentie lourde et épuisée. Ça a clairement pesé sur mon moral pendant deux ans.

Au début de ma seconde grossesse, mon ostéopathe m’a parlé du rebozo, un rituel mexicain qui consiste en un soin très complet pour la femme qui vient de donner la vie. Il s’agit notamment de resserrer le bassin, de masser le corps dans son ensemble et de prendre un bain aux plantes. J’ai décidé de m’offrir ce soin dans les jours qui ont suivi la naissance de ma fille. Et aussi de prendre, chaque jour, soin de moi et de mon corps à travers des rituels simples d’auto-massage et d’exercices de yoga, inspirés de la méthode De Gasquet. J’ai aussi pris davantage de temps pour m’alimenter correctement dès mon retour à la maison.

Résultat : je me sens bien mieux aujourd’hui, alors que ma deuxième fille est encore un bébé, qu’avant le début de ma seconde grossesse… C’est pour moi très révélateur. »

Vous aimerez aussi



Photographie : Olivia Thébaut pour Mamababy Paris
Mots : Emilie Cuisinier pour Mamababy Paris