Olivia Thébaut, photographe et maman de Joseph 8 mois

Portrait de Olivia Thebaut photographe et son fils Joseph

“Je garde de mon accouchement un souvenir magique, hors du temps”

Photographe de talent, Olivia est devenue maman d’un petit Joseph il y a huit mois. Dans le calme de sa maison de campagne, elle a embrassé ce nouveau rôle tout en menant de front sa carrière d’entrepreneuse. Un nouvel équilibre et un bonheur qu’elle raconte à Mamababy.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 31 ans, je suis d’Aix-en-Provence et j’habite depuis un an dans le Médoc au-dessus de Bordeaux. Je ne suis pas trop citadine, je suis heureuse à la campagne, près de l’océan. J’ai une formation de directrice artistique mais je ne fais plus que de la photographie depuis quatre ans, en lifestyle, décoration, et dans l’univers de l’enfant, surtout depuis que je suis maman.

Votre fils, Joseph, a 8 mois. Comment avez-vous vécu cette première grossesse ?

Très bien ! J’ai juste été malade au début (nausées, vomissements, fatigue), ce qui m’a empêché de travailler. Mais une fois cette période terminée, j’ai pu continuer mon activité jusqu’au 8ème mois de grossesse. Je me sentais épanouie, en pleine forme. J’avais vraiment hâte qu’il arrive.

Comment avez-vous vécu cette transformation physique et psychologique ?

J’ai pris 14 kilos, mais ça ne m’a pas posé de problème. Je me sentais bien, ça m’a permis de prendre un peu de joues moi qui ne suis pas très épaisse ! J’avais bonne mine, un air plus reposé et frais. En revanche, j’ai perdu énormément de cheveux après l’accouchement ! Je n’ai pas encore retrouvé la densité d’avant, j’attends patiemment qu’ils repoussent.

Comment s’est passé votre accouchement justement ?

C’était long, 24 heures de travail. J’ai fissuré la poche des eaux donc je suis partie à la maternité, mais mon col était encore fermé. J’ai connu une nuit entière de contractions, assise sur un ballon pour essayer de faire ouvrir le col. Le lendemain matin, je n’étais qu’à deux centimètres de dilatation. J’étais épuisée, je me demandais comment j’allais tenir. On m’a posé la péridurale à midi. Un vrai soulagement, je me suis dit que c’était la meilleure invention du monde ! À partir de là, j’étais sereine, et j’ai accouché à 21 heures le soir. En revanche, l’aspect négatif de la péridurale est que je ne sentais pas les poussées. Malgré tout, j’en garde un souvenir magique, hors du temps.

Comment se sont passés les premiers jours avec Joseph ?

Nous avons eu la chance d’être accompagnés par une sage-femme la première semaine. C’était rassurant. D’autant plus que nous habitons loin de nos familles, nous étions donc vraiment seuls avec notre bébé et nos questions. J’étais par exemple très anxieuse à l’idée de lui donner le bain, ou de prodiguer les soins du cordon… J’avais peur de mal faire. Petit à petit, nous avons trouvé nos marques à trois.

Avez-vous allaité ?

J’ai allaité le premier mois. Je n’étais pas préparée à l’investissement que cela demande. C’est un boulot à temps plein, et j’étais épuisée moralement et physiquement entre l’allaitement, la fatigue des premiers jours, les émotions… J’ai eu besoin de déléguer. Il vaut mieux bien vivre ces premiers temps avec son bébé, plutôt que d’insister, déprimer et de ne pas en garder de bons souvenirs. J’ai tenu un mois, puis nous avons pris le relai avec le biberon. Je me suis sentie beaucoup mieux. Quand tout va bien, le bébé le sent aussi.

Avez-vous des rituels tous les deux ?

Après le bain, je lui masse toujours le corps avec de l’huile de jojoba. Et avant le coucher, nous prenons un moment de calme ensemble, je le câline, je lui fais des bisous, je le berce… Ça l’apaise avant de s’endormir. Et aux beaux jours, nous sommes toujours dans le jardin. Je lui montre les fleurs, la nature, il est très attentif à tout cela, très curieux. Joseph adore être dehors, nous avons pris l’habitude de l’emmener au bord de l’océan depuis tout qu’il est petit.

Vous êtes photographe indépendante, comment gérez-vous l’équilibre entre vie de famille, vie d’entrepreneuse et vie de couple ?

J’ai accouché en juin, et l’été est une période plus calme pour mon travail, donc j’ai repris progressivement un mois après la naissance. Le papa avait pris tout l’été pour être avec nous. Quand j’avais du travail, il prenait le relais. Depuis que Joseph a quatre mois, il est trois jours par semaine à la crèche, donc j’ai pu reprendre à temps plein. Pendant mon congé maternité, j’ai continué à répondre à des mails, ça ne s’arrête jamais vraiment quand on est à son compte. C’était lourd psychologiquement, je ne voulais pas perdre mes clients, et en même temps profiter des premiers mois de mon bébé. Là, je suis à 100% dans le boulot quand il est gardé, et entièrement avec lui quand il est à la maison.

Arrivez-vous à vous accorder des moments pour vous, et à deux avec le papa ?

De plus en plus, j’arrive à faire du sport et des choses de mon côté. Nous sommes très complices avec le papa, il est indépendant aussi donc nous travaillons souvent côte à côte. Nous n’avons pas besoin – pour l’instant en tout cas – d’aller au restaurant ou de partir en week-end tous les deux pour nous retrouver. Et puis, cela nous ferait très bizarre d’être sans Joseph !


Photographie : Olivia Thébaut pour Mamababy Paris
Mots : Tiphaine Lévy-Frébault pour Mamababy Paris