Mylène Kiener, mumpreneur, maman de 3 enfants et enceinte

Mylene enceinte mumpreneur et maman de 3 enfants

“À chaque fois, on a gardé la surprise pour le sexe, ça rajoutait de la magie à la naissance”

À la tête de sa propre entreprise et d’une famille nombreuse, Mylène est une maman dans l’air du temps. Cette entrepreneuse de 33 ans, mère de bientôt quatre enfants, jongle entre un emploi du temps (très) chargé et une vie de famille (évidemment) remplie. Trouver un équilibre ? Un challenge qu’elle relève tous les jours et dont elle parle sans fards, en tant que femme, chef d’entreprise et maman, à Mamababy.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’habite à Saint Cloud, j’ai 33 ans, trois enfants, et je suis enceinte du quatrième. J’ai une marque de vêtements pour enfants, Frangin Frangine, qu’on a repris avec mon associée, Aude, depuis 18 mois. Avant ça, j’ai travaillé en marketing dans l’horlogerie de luxe. Je travaillais trop, je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais et je voulais pouvoir conjuguer vie de famille et vie professionnelle. J’ai rencontré l’équipe de Frangin Frangine, je me suis rendue compte que c’était ce que je voulais faire, alors je me suis lancée.

Vous êtes la maman d’Arthus 6 ans, Jeanne 4 ans, et Achille 15 mois. Comment avez-vous vécu vos trois grossesses et aujourd’hui la quatrième ?

J’ai toujours eu des grossesses de rêve, je n’ai jamais été malade. La quatrième, ce n’est pas la même chose, il faut déjà s’occuper de trois premiers enfants ! Je me sens bien dans mon corps, et je trouve que ce sont des moments exceptionnels. Je prends pas mal de kilos à chaque fois, je ne me sens pas forcément mieux ni plus belle.

Comment se sont passés vos accouchements ?

Pour les trois, j’ai accouché avec une péridurale, sans trop de stress. Je suis admirative des femmes qui accouchent sans anesthésie, c’est une vraie force mais je ne me projette pas dans ce processus.
À chaque fois on a gardé la surprise pour le sexe, ça rajoutait de la magie à la naissance. La grossesse est déjà très médicalisée, on trouvait bien de garder une part de mystère.
Cette fois, idéalement j’aimerais avoir une fille, mais je serai heureuse quoi qu’il arrive.

Avez-vous tout de suite senti une connexion à votre bébé après chaque naissance ou cela a pris du temps ?

Je crois à l’instinct maternel, on ressent tout de suite une vague d’amour incroyable mais c’est un chamboulement terrible, surtout pour le premier. D’un coup, on se rend compte de la responsabilité qui va avec : il va falloir le nourrir, l’éduquer… J’ai pris conscience de tout cela.

Avez-vous allaité vos enfants ?

Oui, trois mois à chaque fois. L’allaitement nous lie à nos enfants d’une manière animale. Ça s’est bien passé même si parfois, j’aurais bien voulu prendre un jour off ! J’ai arrêté parce que je reprenais le boulot, et puis j’avais besoin de retrouver ma liberté et ma vie de femme. Après neuf mois de grossesse et trois mois d’allaitement, j’étais partagée entre l’envie de retrouver ma vie et ne surtout pas vouloir le lâcher.

Vous n’avez jamais connu de baby blues ?

Je n’ai jamais eu de gros baby blues, mais j’ai ressenti après chaque naissance la chute hormonale. J’ai pleuré pour chacun le 3ème jour après la naissance. Je pense qu’il y avait trop d’émotions merveilleuses et d’angoisses en même temps ! On est très vulnérables à ce moment-là, les hormones jonglent !

Comment parvenez-vous à conjuguer une vie d’entrepreneuse bien remplie et une vie de famille épanouie ?

C’est ça le vrai challenge. Je bosse à temps plein et c’est dur de trouver un moment avec chacun des enfants. On fait du mieux qu’on peut. J’apprends aussi à me détendre, j’aime bien qu’ils mangent des plats fait maison, que tout soit propre… Je me mets beaucoup de pression.

Côté travail, j’arrive à ne pas partir tard, donc je peux aller les chercher à l’école et avoir un peu de temps de qualité avec eux. On caresse le rêve de s’arrêter le mercredi après-midi avec Aude, qui a elle aussi quatre enfants. Passer une demi-journée à la maison pour souffler, ce serait super en termes d’équilibre.

Une famille nombreuse vous permet-elle d’avoir quand même d’avoir des moments à deux ?

Nous avons du temps à deux avec mon mari parce que le soir, à 20 heures, tout le monde dort. Nous essayons aussi de nous faire un week-end ou une semaine à deux de temps en temps. J’aimerais faire du sport et une activité rien que pour moi, mais par manque de temps et de priorité, je préfère être avec mes enfants. Déjà que je bosse pas mal, si tous les mardis soirs je suis au yoga, je ne les vois pas assez. Mais je comprends les choix de chacun.

Comment appréhendez-vous l’arrivée de ce quatrième enfant?

Sa naissance est prévue pour juillet. J’aurais adoré accoucher en hiver, j’aurais pu mettre les enfants à l’école et profiter de cette période de nouveau né que j’adore. Mais il y aura d’autres bons côtés : le papa et les enfants seront là pour que tout le monde fasse connaissance. Ça va être chouette, j’ai hâte !


Photographie : Olivia Thébaut pour Mamababy Paris
Mots : Tiphaine Lévy-Frébault pour Mamababy Paris