Monica Companys, la maman des signes pour bébé et des livres pour enfants Sourds

Parmi les enchanteresses du monde des mamans, nous vous présentons Monica Companys, la créatrice des signes pour bébé et des ouvrages pour enfants Sourds.

Plus qu’une maman inspirante, Monica est une bénédiction des temps modernes, une incroyable personnalité qui a mis son savoir-faire de pédagogue, d’enseignante et d’auteure au service du bien commun, Sourd comme Entendant. Par la création de sa maison d’édition et des ateliers de formations pour formateurs et animateurs, Monica démocratise les signes de la langue des Sourds pour tous.

Pourriez-vous nous dire qui vous êtes et ce que vous faites dans la vie ?

Je suis Monica, je suis sourde de naissance et maman de deux enfants entendants. Ils sont tous deux papas de deux petits-enfants entendants.

J’ai eu beaucoup d’aventures dans ma vie. J’ai une formation scientifique, j’ai passé de nombreuses années sur les planches du théâtre de la Tempête à la Cartoucherie de Vincennes. Je suis professeure de sciences en langue des Signes (enseigner aux Sourds en signes) et de langue des Signes (enseigner la langue des Signes aux Entendants) auprès d’instituts spécialisés.

Le projet Monica Companys est né il y a 20 ans. C’est la première maison d’Edition de livres en signes conçue d’abord pour tous les Sourds puis pour tous les bébés, jusqu’aux adultes Sourds et Entendants. Toutes mes compétences sont réunies dans ce projet pour répandre et banaliser les signes à tous les bébés, y compris les Entendants. J’ai créé de nombreux livres, des comptines et diversifier les formats pour que les signes soient à la portée de toutes les familles.

Avec l’association Bébé, Fais-moi Signe, j’ai formé plus 600 animatrices et formatrices en signes pour bébé. Ces ateliers et formations sont présents un peu partout en France. Ils proposent aux parents Entendants de se familiariser avec les signes à travers des comptines et des jeux, très appréciés des tout-petits.

Ces projets sont conçus en soutien à toutes les familles, qu’elles aient été préparées ou non à accueillir l’arrivée d’un bébé Sourd.

Quelle est la source de tant de créativité  ?

Mes parents y sont pour beaucoup car ils ont toujours positivé la surdité. Je suis la 2ème enfant d’une famille de 4 enfants dont les 3 premiers sont nés Sourds. Mes parents sont professeurs de langue : mon père est linguiste et ma mère professeure de langues étrangères pour les adultes. Ils ont été des accompagnants exceptionnels. C’est une chance. Contrairement à d’autres Sourds, je ne me suis jamais sentie isolée dans ma famille.

Au départ, je voulais être professeure de science. J’ai été embauchée par l’Education Nationale sur diplôme pour enseigner dans une école pour Sourds. Au bout d’un mois, quelqu’un a mouchardé à l’inspection académique que j’étais Sourde. J’ai été obligée de démissionner. Cela aurait pu faire un énorme scandale parce que c’est de la discrimination pure.

A cette même époque, j’avais une proposition de jouer au théâtre dans la première distribution « Les enfants du silence », 10 ans avant qu’Emmanuelle Laborit, aujourd’hui directrice de l’International Visual Theatre (ivt) la joue, dans la seconde distribution. Je me suis plongée dans le théâtre, j’ai joué dans plusieurs pièces au théâtre de la Tempête à la Cartoucherie de Vincennes, avec Philippe Adrien.

Quel a été le déclic à l’origine du projet Monica Companys ?

Lorsque j’intervenais dans les écoles pour Sourds, je rencontrais des mamans qui étaient contre les signes.

Il faut savoir qu’à l’époque, la langue des signes n’était pas reconnue comme une langue (jusqu’en 2005). Il n’existait pas de livres pour enfants. Les parents Entendants d’enfant Sourds étaient démunis et isolés. La seule chose qui existait sur le marché était trois dictionnaires pour adultes. Elles voulaient absolument que leurs enfants parlent et qu’ils lisent sur les lèvres. Il ne faut pas les juger, elles ne savaient pas comment faire.

Souvent, elles me demandaient comment dit-on « pain au chocolat » ou dites à ma fille « ce weekend, tu vas chez Mamie ». Traduire ces petits mots du quotidien à la volée n’était pas une solution. C’est ainsi que j’ai décidé de faire des livres bilingues (le dessin, le mot, le signe), sur les animaux, la nourriture. Pour aider les parents et les petits à parler ensemble. Mon premier livre s’appelle « Bon appétit », ce livre en Langue des Signes est une référence en Langue des Signes Française (*LSF). Il a permis de valider la langue.

C’était à mon sens, le meilleur soutien pour les familles.

Pourriez-vous nous raconter les débuts de cette belle aventure ?

Au début, je suis allée voir les maisons d’édition. Ils étaient tous d’accord pour dire que le projet était intéressant mais ils ont tous refusé : livre inclassable, marché trop petit, langue non reconnue.

J’ai donc monté ma propre maison d’édition. J’ai vendu la voiture pour financer le premier livre : Bon appétit. J’ai ensuite fais des livres pour adultes entendants, en noir et blanc, qui se sont très bien vendus et qui ont permis le financement de livres en couleur (plus cher) que je vends au compte-goutte. La gamme des livres pour enfants, pour adultes s’est développée au fil de l’eau, en complète autonomie.

Comment est venue l’idée de créer les signes pour bébé ?

J’ai constaté que les enfants Entendants de mes amies Sourdes communiquaient bien plus tôt et plus vite que ceux qui ont des parents qui ne signent pas. C’est flagrant. Ils ont une maturité précoce.

J’ai donc lancé le concept des Signes pour les bébés Entendants de parents Entendants. Pour ces bébés, on n’utilise pas la langue des signes mais des signes sélectionnés, adaptés à leur environnement et leur besoin. Les enfants entendants auront l’usage de la parole à 2 ans, mais avant, ils ne peuvent pas communiquer ou s’exprimer.

L’outil des signes permet à l’enfant, à force de le répéter, de se l’approprier. Comme il fait naturellement avec « au revoir » ou pour pointer quelque chose du doigt. Tu dis un mot, tu le signes. Comment dire manger, dormir, mal. Tous les mots qu’on dit aux bébés pour comprendre ce qu’il veut ou pourquoi il pleure.

Les bébés sont intelligents et ont beaucoup à nous dire. Cet outil proposé est un luxe pour les bébés Entendants et un essentiel pour les bébés Sourds, cela va de soi. Si les signes pour bébé Entendants se propagent, cela encourage les parents Entendants d’enfants Sourds à signer. Comprenez que ce peut être traumatique pour une famille Entendante d’avoir un enfant Sourd. Ce n’est pas la même culture. Plus l’usage des signes avec bébé se répand et moins les parents entendants d’enfant Sourds se sentent seuls, C’est comme ça que petit à petit, on positive la surdité.

Il faut communiquer avec son bébé. C’est l’équilibre de toute la famille qui est en jeu.

J’ai fait des livres pour les bébés et les parents et créer les ateliers d’initiations avec ma co-formatrice Bénédicte Fabert via l’association Bébé Fais-Moi Signe. Ces cessions s’adressent aux parents Entendants et professionnels de la Petite Enfance. Ensemble, nous avons formé plus de 600 animatrices et formatrices.

Votre plus grand succès ?

Je suis la première à avoir mis au point l’outil des signes pour bébé ! Cette réalisation me tenait beaucoup à cœur. Au départ, il y a eu le livre « Signe avec moi », qui a été un énorme succès.  J’ai ensuite créée l’association Signe avec moi. Puis, le temps de me remplumer financièrement, la réalisation du livre Bébé, Fais-moi un Signe, mon best-seller.

La communauté des Sourds était-elle favorable ?

Au début non, les Sourds n’étaient pas contents que je transmette les signes aux Entendants.

Comprenez que la langue des signes est un luxe pour les bébés entendants et qu’on empêche les bébés Sourds de signer. On attend d’eux qu’ils parlent et qu’ils lisent sur les lèvres. C’est très compliqué pour les enfants Sourds.

Il a fallu expliquer que ce choix était stratégique. Avec cette démarche pour les enfants et parents Entendants, j’insuffle l’envie de découvrir les Sourds et les signes. C’est ça qui est important pour moi.  

Le fait que de plus en plus de parents Entendants utilisent les signes avec leur bébé encourage les parents d’enfants Sourds à apprendre et utiliser les signes.

C’est pour cela que j’impose la culture Sourde et la vie des Sourds dans la formation des animateurs. Pour qu’ils s’imprègnent de l’univers et découvrent notre culture.

Quelle a été votre plus grande difficulté ?

Ce sont les médias car quand on est Sourd, on n’est pas crédible. J’ai fait des débats, des conférences, des colloques sur les thèmes de la surdité. J’estime que je suis meilleure bilingue que la masse des Entendants parce que je peux signer et parler. Pour réaliser cette entrevue, nous utilisons FaceTime, je parle et je lis sur tes lèvres et nous nous comprenons parfaitement.

Mamababy est le premier media à s’intéresser à Monica Companys. Jamais personne du monde des médias ne s’est intéressé à ce que nous faisons. Nous n’avons jamais fait de publicité faute de moyen.

Le manque de crédibilité face aux Médias a été ma plus grande difficulté. Ils auraient pu être un accélérateur mais ça n’a pas été le cas. C’est comme ça et ce n’est pas grave. Ça ne m’a pas empêché d’accomplir ce que je voulais. Les parents d’enfants Sourds voient que les signes se répandent et ils sont aujourd’hui mieux accompagnés à devenir parent d’enfant Sourd.

Des projets dont vous aimeriez nous parler ?

Le livre Bébé Fais-Moi Un Signe est une nouvelle édition, améliorée. Elle contient une partie théorique qui explicite le concept, l’évolution de bébé, l’art et la manière de pratiquer les signes avec lui. Une partie pratique avec des comptines (les bébés adorent) et une partie dictionnaire avec 462 mots.

Ce livre s’adresse surtout aux parents. Pour les tout-petits, Je propose de nouvelles histoires et de nouveaux formats :

  • Les livres imagiers albums en signes, BIBERON – MAISON – JARDIN, que ma petite fille adore
  • 3 nouveaux flips magnets à coller sur le frigo : ils comportent les dessins et les signes correspondants pour les enfants qui ne lisent pas encore
  • Les histoires pour les petits. Notamment « J’ai deux mamies très différente» écrit à la naissance de ma petite dernière. Il raconte l’histoire d’une petite fille qui a une mamie Entendante et une mamie Sourde. La petite Lisa aime ses deux mamies et s’amuse à les comparer. Par exemple, quand la petite Lisa vient chez moi et qu’elle sonne à la porte, ça clignote dans toute la maison comme un sapin de noël et quand elle va chez sa mamie Entendante, ça fait la musique. Quand elle appelle l’autre mamie, elle vient tout de suite, mais quand elle m’appelle, elle peut attendre longtemps. Elle est obligée de venir… Quand je raconte l’histoire des 3 petits cochons, et la scène avec le loup, elle croit voir le loup parce que je mime le loup. La mamie Entendante raconte la même histoire, mais elle joue avec la voix. Il y a plein d’autres comparaisons A la fin, elle aime les deux mamies.
Fond : papier peint Cole&Son, Les peintures XVIIIème

Vous aimerez aussi :

Photographie : Monica Companys
Mots : Florence Loup