Quelles positions pour allaiter ?

C’est certain, une bonne position de l’enfant et de la maman est la base d’un allaitement réussi, elle permet une tétée efficace et sans douleur. Mais qu’est-ce qu’une bonne position ?  Est-il productif d’insister sur son aspect technique ? Existe-t-il un seul même exemple à suivre ?
A ces interrogations, les réponses des spécialistes sont unanimes : chaque allaitement est unique, c’est une expérience propre à chacune, se faire confiance est essentiel. C’est au couple mère/enfant de choisir son idéal avec une aide lorsqu’elle est nécessaire. Nous avons interviewé Rachel Lamb, experte en lactation au sein de La Leche League, pour nous éclairer sur la question.

Les articles sur les bonnes positions de l’allaitement ne manquent pas. Qu’en pensez-vous ?

Je dirai qu’il n’existe pas « une » position à apprendre, l’essentiel est de trouver celle qui va bien pour la maman, et pour le bébé. Moitié allongé – moitié assise lors de l’allaitement peut être une position agréable pour certaines mamans pour débuter, alors que d’autres préfèrent commencer le dos droit. Il n’y a pas de règles. Ce qu’il faut vraiment retenir, c’est qu’Il n’y a pas en réalité une position meilleure que l’autre, il faut trouver celle qui marche pour eux.

Que fait-on si une position semble ne pas fonctionner ?

Si le bébé ou la maman a mal il faut changer la position et chercher la cause (un problème de dos, bactéries, canaux lactifères bouchés…). Le principal malgré tout pour une bonne position est de garder en tête : le nez devant le mamelon et la bouche grande ouverte, voilà la base.

Parfois le bébé peut sembler inconfortable, quelle peut-être la cause?

Une ou deux séances d’ostéopathie peuvent souvent arranger les choses. En effet, si le bébé était tordu dans le ventre, il peut avoir du mal à s’adapter aux positions d’allaitement. Il peut aussi tout simplement avoir un torticolis… Il faut relâcher les tensions. Il y a toujours des solutions.

Avez-vous un conseil pour la maman en cas de crevasses ou de douleur à la poitrine ?

Là encore il n’existe pas de positions privilégiées. Tout dépend où se situe la crevasse ! Si elle est en haut ou sur le côté, on déplacera la bouche du bébé. Ce n’est pas parce qu’une position marche pour une maman qu’elle marchera pour l’autre.

Rappelez-nous : pourquoi est-il important de proposer au bébé le plus tôt possible le sein, dès l’accouchement ?

C’est très important car à la naissance le bébé ne reconnaît que l’odeur de liquide amniotique qu’il avait dans le ventre de maman. Il ne connaît pas le lait tout simplement parce qu’il n’y a pas encore gouté. Aussi, il est préférable que le bébé cherche le sein lui-même, de préférence les deux, il va laisser ainsi les traces de liquide amniotique sur le corps de la maman et lors de la deuxième mise au sein, le bébé retrouvera les odeurs de ce même liquide et ainsi retrouvera plus facilement le sein.

Cette première tétée est aussi importante physiologiquement que psychologiquement. Elle met la maman en position d’actrice de son futur allaitement, elle la met aussi en confiance, ce qui est vraiment important. Ce n’est pas la sage-femme qui vient d’accoucher, c’est la maman, et ce n’est pas un mince accomplissement !

Le déroulement de l’accouchement est donc déterminant, comment fait-on en cas de césarienne ?

Aux USA, ils passent le bébé sous le drap et le pose entre les seins de la maman pendant que les chirurgiens terminent leur travail. Ce procédé n’est pas encore arrivé en France, c’est encore compliqué, mais on y viendra. Une pratique commence cependant à voir le jour dans l’hexagone en cas de césarienne. Elle consiste à réaliser un prélèvement de la flore bactérienne de la maman pour ensuite appliquer ce micro-organisme sur la bouche de bébé afin qu’il s’immunise comme lors d’un accouchement par voix basse. En plus d’avoir comme action de développer sa flore, ce simple geste permet de mimer les effets d’un accouchement par voie basse. Mais bien sûr, l’allaitement peut très bien se dérouler sans ces techniques qui restent encore marginales.

Avez-vous un dernier conseil pour les futures ou jeunes mamans?

En cas de difficultés, il faut chercher de l’aide, ne pas hésiter à rencontrer une consultante diplômée, c’est important. En tant que maman, on ne peut pas tout savoir sur l’allaitement, parler avec des personnes expérimentées peut vraiment faire la différence.

Vous aimerez aussi :

Retrouvez les différentes positions de l’allaitement ainsi que les positions de base pour le soutien et la prise de sein sur le site de La Leche League



Mots : Emmy Martens pour Mamababy Paris