La place du père pendant l’accouchement

Comment le (futur) papa peut vous aider ?

Cher Monsieur, ce message est pour vous. Vous ne saurez pas trop quoi faire pour aider votre compagne en train d’accoucher, à faire face à la douleurs etc. Alors on a écrit ça pour vous :

  • Dites-lui qu’elle est belle et que vous êtes très fier d’elle, qu’elle est forte et qu’elle vous impressionne.
  • Si vous vous sentez mal à la vue du sang ou que vous êtes mal à l’aise à la vue d’un tampon ou une serviette hygiénique usagée, sentez vous libre de ne pas assister à tout et de quitter la pièces. Elle est votre compagne avant, pendant et après cet accouchement. Vous avez le droit de ne pas vouloir trop abîmer l’image que vous avez d’elle, c’est même normal.
  • Si vous avez envie de vomir ou que vous vous sentez mal, vous avez le droit. On vous recommande de prétexter d’aller aux toilettes plutôt que dire la vérité. Prévenez juste la sage-femme au cas où elle vous cherche.
  • Ne passer pas voir de l’autre coté. La dilatation du col n’a rien de sympa, ni d’instructif. Ce n’est pas le musée. Croyez-nous, vous n’avez pas envie de voir le périnée déformé non plus.


Madame, n’oubliez pas de lui laisser de la place

Chère (future) maman, on sait qu’à ce moment là, vous allez avoir besoin de lui. Il est possible qu’il soit parfait, juste comme il faut et parfois « maladroit ».
D’abord, c’est une épreuve super intense pour lui. Vous vous préparez depuis 9 mois à ce moment, vous sentez votre bébé chaque instant depuis quelques mois. Il fait déjà vraiment partie de votre vie. Pour le (futur) papa, c’est plus conceptuel. Et il peut être inquiet – stressé – angoissé – intimidé – distant car lui visualise progressivement ce que vous sentez depuis des mois dans votre corps.
De plus, il va se sentir impuissant, très impuissant pour vous aider à passer ce moment. Cette situation n’est pas du tout enviable… Il y a encore 60 ans, les hommes n’assistaient pas aux accouchements; c’était une affaire de femmes.

Tout ceci pour dire que oui c’est vous qui êtes en train de souffrir avec les contractions et qu’il est avec vous, qu’il doit vous aider mais qu’il est aussi super paumé. Alors on vous dit ce qu’on aurait aimé entendre : « mettez-vous à sa place et laissez-lui un peu d’espace ».

Voici quelques petits gestes qui l’aideront :

  • lui prévoir des missions concrètes : il tient le brumisateur d’un coté, le carnet de l’autre. Quand on a les mains occupées, on se sent moins inutile.
  • vous lui demander de noter l’heure et la durée de chaque contractions.
  • vous le missionnez pour acheter la journal du jour de la naissance de votre bébé.


Vous aimerez aussi :

Photographie : Snap Life Photography
Mots : Caroline Loup