Le déroulement de l’accouchement

Que se passe t-il le jour J en salle de naissance ? Quelles sont les étapes du déroulement du travail, comment se passe la dilatation du col, les étapes de l’accouchement, la délivrance (sortie du placenta) ?

Les étapes de l’accouchement

Jusqu’à l’arrivée à la maternité, 4 étapes se succèdent au niveau du col :

  • le pré-travail qui correspond à l’effacement du col (ramollissement et raccourcissement du col)
  • le travail qui correspond à la dilatation à proprement parler
  • l’expulsion qui est correspond à la naissance de l’enfant
  • la délivrance avec l’expulsion du placenta et des membranes.

Pour une première grossesse, la durée totale de ces trois stades est en moyenne de 12,5 heures et peut s’étendre entre 7 et 16 heures. La durée dépend de l’état physique mais aussi psychologique de la future maman (fatigue, stress…).

La période du pré-travail et du travail

Le « travail » correspond à l’ouverture du col sous l’effet des contractions. D’abord, le col se raccourcit et se ramollit. Puis l’orifice du col s’ouvre et s’élargit pour laisser passer le bébé. L’Ouverture du col est mesurée en centimètres jusqu’à dilatation complète (10 cm).

Toute cette période est longue (compter 10h jusqu’à 10 cm donc environ 1cm /h). On peut soulager les douleurs en prenant un bain, en utilisant le ballon pour conserver la mobilité du bassin, un massage, etc. La péridurale est en général posée quand le col arrive à 3cm de dilatation et peut être posée jusqu’à atteindre 9 cm.

La naissance et la délivrance

La naissance (ou l’expulsion)

Lorsque le col est ouvert à 10 cm, le bébé peut alors s’engager dans le bassin. La maman ressent « l’envie de pousser » (c’est important de la sentir)

  • Les contractions apparaitront toutes les 2 à 3 minutes.
  • Avec l’aide des sages-femmes, vous devrez alors pousser avec les deux techniques de respirations.
  • la tête étant sortie en premier, le reste du corps est généralement plus facile à expulser
  • Puis le moment de joie : votre bébé est posé sur votre ventre pour qu’il vous sente, c’est le premier contact peau-à-peau. Il est important de le laisser remonter jusqu’aux tétons si vous souhaitez réaliser la « tétée d’accueil ».


L’épisiotomie

Gros sujet : déjà l’épisiotomie n’est pas obligatoire (à préciser dans votre projet de naissance si vous ne la voulez pas).

En théorie, l’épisiotomie est réalisée lorsque l’obstétricien voit que l’orifice vulvaire est trop étroit pour laisser sortir le bébé.

Qu’est ce qu’une épisiotomie ? C’est un coup de ciseaux dans les muscles périnéaux pour créer une incision nette. Pourquoi ? Pour que l’obstétricien puisse mieux contrôler les opérations (passage du bébé, utilisation des forceps ou des cuillères, etc) et éviter toute déchirure anarchique qui serait difficile (voire impossible) à recoudre. Après l’expulsion du placenta, le médecin recoud les tissus sectionnés avec en général des fils résorbables.

Et s’il y a une déchirure ? On ne parlera ici que des déchirures simples c’est-à-dire quand les muscles se déchirent à leurs enchevêtrements qui sont des zones de séparation naturelles. Ce n’est alors pas si grave que ça. C’est plus compliqué et problématique lorsque la déchirure est plus profonde et va jusqu’à l’anus.

La délivrance (ou expulsion du placenta)

Dix à quinze minutes environ après la naissance, vous pourrez ressentir des contractions légères. Ces contractions visent à décoller le placenta (et avec lui les membranes qui entouraient le corps du bébé). C’est l’expulsion du placenta, plus connue sous le nom de « délivrance« . C’est alors que l’utérus commence à retrouver sa place et son volume d’avant la grossesse. On dit qu’il « involue ».

Dans la plupart des maternités, la délivrance est dirigée par la sage femme ou l’obstétricien. Il arrive même que des ocytocines soient ajoutées dans la perfusion pour intensifier les contractions pour accélérer la délivrance et limiter ainsi les hémorragies et l’anémie de la jeune mère. La sage-femme tire alors doucement sur le cordon d’une main en appuyant sur votre ventre de l’autre. Elle vous demandera probablement de pousser en même temps. L’objectif est d’éviter qu’il ne reste quoique ce soit

La sage-femme ou l’obstétricien procèderont à des examens pour s’assurer que tout va bien.

La salle de naissance

La surveillance d’une jeune maman après l’expulsion du placenta dure 2 heures, durant lesquelles vous allez rester en salle de naissance, votre bébé près de vous.

Après les efforts que vous aurez réalisé équivalent à un marathon, la sage-femme vérifiera régulièrement que l’utérus est bien dut et qu’il se contracte et que les saignements ne sont pas trop abondants. Si tout est normal après ces 2 heures de surveillance, alors vous pourrez remonter dans votre chambre.

Le check-up du bébé

Lorsque votre bébé nait, le pédiatre réalise un check-up pour s’assurer que tout va bien.
– Le test d’Apgar pour s’assurer de sa vitalité avec 5 critères : le cri, la respiration, la coloration de la peau, son tonus, son rythme cardiaque.
– On vérifie que les narines sont bien ouvertes à l’aide d’une sonde. Il vérifie également l’œsophage pour contrôler sa perméabilité, puis jusque dans l’estomac en injectant un peu d’air. On en profite pour aspirer le liquide amniotique et les sécrétions vaginales qu’il a avalés pendant l’accouchement.
– On le pèse, on le mesure, on prend sa température. On écoute son cœur afin de détecter un éventuel bruit anormal, et ses poumons pour contrôler que l’air passe bien des deux côtés.
– On met des gouttes de collyre dans ses yeux pour les désinfecter et on lui donne une dose orale de vitamine K pour prévenir les hémorragies.
– Enfin, on le nettoie rapidement et on l’habille avec ce que vous aurez préparé pour sa naissance.

Vous aimerez aussi :

Mots : Caroline Loup
Photo : Katherine Heigl dans le film « En cloque : Mode d’emploi »