L’oublié de l’accouchement : le clitoris

Yes mama, on parle bien de clitoris dans cet article sur l’accouchement. On a déjà parlé de l’accouchement orgasmique ici et regrettons qu’il soit si peu connu alors qu’il pourrait changer totalement la vision de ce moment stressant.

Et bien, on attaque un autre BIG TABOU : la stimulation du clitoris pendant l’accouchement comme anti-douleur naturel. C’est Camille, auteure du livre Je m’en bats le clito et du compte insta du même nom, qui nous a convaincu de TOUT vous dire ici. Enjoy <3

Pourquoi est-ce tabou ?

Nous, les femmes, grandissons avec l’idée que nous allons forcément vivre un cauchemar pendant l’accouchement et que c’est la normalité. D’ailleurs, il est bien écrit « Tu enfanteras dans la douleur« .

Cet imaginaire collectif, n’est ni rassurant, ni honnête. Même si le médecin féministe Martin Winckler écrivait déjà en 2012 « toutes les femmes qui accouchent ne crient pas », on se prépare physiquement et psychologiquement à souffrir… Dès qu’on aborde l’option de ne pas vouloir de péridurale pour le jour J, la majorité des obstétriciens / infirmier(e)s / sage-femmes nous exhorte à l’accepter rapidement.

De plus, on dit toujours aux femmes qu’elles auront mal : mal pendant les règles, mal lors du premier rapport sexuel, mal lors du premier chagrin d’amour, mal lors de l’accouchement, mal pendant la grossesse, etc. Comme si être une femme était toujours empreint de douleurs. Alors si on vous dit que vous pouvez ressentir du plaisir pendant l’accouchement, c’est un peu le château de cartes qui s’effondre… #NoPainNoGainIsDead #SexPowerment #PlaisirFeminin

Enfin, il y a ce paradoxe vieux comme le monde à l’origine de ce tabou : la sexualité de la mère est dissociée des enfants. Pourtant, on sait comment on fait des bébés… mais non, « culturellement » on dé-sexualise l’accouchement alors que c’est un acte sexuel. Le bébé passe par le sexe, non ? Donc pour faire simple, on se dit que c’est l’accouchement et que ce n’est en rien lié au sexe. L’origine même du cliché Madone ou Putain.

Pourquoi se masser le clitoris pendant l’accouchement ?

La stimulation du clitoris et/ou des parties génitales libère des endorphines et de l’ocytocine. C’est donc un excellent anti-douleur et moyen de se détendre.

L’ocytocine est également l’hormone du plaisir, du bien-être et de l’amour… et aussi celle de l’accouchement car c’est bien elle qui déclenche les contractions, participe à la dilatation du col et ouvre le périnée. Elle doit être produite en grande quantité pour un accouchement physiologique rapide.

Enfin se masturber ou se caresser, si vous préférez, ne veut pas forcément dire orgasme. On peut avoir un orgasme pendant l’accouchement sans se masturber (car le clitoris est fortement stimulé pendant l’accouchement) et on peut ne pas avoir d’orgasme en se masturbant. Après si vous avez les deux, vous êtes des sacrées vénardes et on vous envie !

Comment faire en pratique ?

L’ingrédient essentiel pour produire un max d’ocytocine est l’intimité (comme dans la vraie vie). Cette intimité peut être ressentie à travers 3 dimensions :

  • émotionnelle : il faut en avoir envie et être dans votre « safe place » pour ressentir une sécurité affective (seule ou avec votre partenaire), se sentir prête à lâcher prise et vous sentir en confiance.
  • physique : être dans la position qui vous plait (pas forcément sur le dos en position gynéco), une position qui vous est confortable
  • environnementale : dans un espace où vous vous sentez bien, avec de la lumière tamisée voire dans la pénombre, dans le calme, etc.

L’intimité et les caresses sont des bons moyens de favoriser la production d’ocytocine. Vous pouvez le faire pendant toute la durée du travail, vous pouvez aussi la booster en prenant un bain chaud, être dans les bras de votre partenaire ou écouter de la musique.  

Enfin, l’ocytocine étant l’hormone de l’amour, elle favorise le lien d’attachement entre la maman et son bébé. Sa production en plus large quantité va créer un fort sentiment d’amour pour son nourrisson.

Dernier conseil pour la route : aucune injonction dans cette pratique : on le fait uniquement si on en a envie. C’est votre moment, votre corps, vos sensations, votre intimité.

Bref, nous, on teste la prochaine fois ! #PardonMaisCEstTropBon

Pour aller plus loin :
– Sarah Farge, son récit : l’accouchement naturel, enfantement plaisir sur Youtube
-Hélène Goninet « L’enfantement, entre puissance, violence et jouissance. Une dimension méconnue de la sexualité féminine » Mama Editions
-Gayelle « Le clitoris oublié de l’accouchement » sur son compte Facebook

Vous aimerez aussi :

Mots : Caroline Loup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *