Ce qu’on aurait aimé savoir avant d’annoncer sa grossesse

A qui annoncer sa grossesse

L’annonce d’une grossesse est chargée d’émotions. Dans l’euphorie et l’excitation, on peut être tentée de partager ce grand moment de joie et d’annoncer la nouvelle tous azimuts.

Si l’annonce spontané au papa est une évidence,  n’oublions pas de considérer que si elle est un chamboulement pour nous, aussi joyeuse que déboussolante, cette grossesse peut l’être aussi pour les autres. Alors à qui le dire, quand et comment ? Pour que ce délicieux moment de l’annonce soit un doux souvenir pour vous comme pour votre entourage, nous avons demandé conseil à notre experte psychologue Carole Bellemin-Noël*.

Il y a-t-il des règles sur la question ? quel est votre point de vue ?

Premièrement j’ai tendance à dire qu’il n’y a pas de règle universelle parce que la grossesse reste une expérience très subjective, chaque femme est différente.
Ensuite, rappelons que parfois la maman peut générer des sentiments très contradictoires dans un premier temps lors de la découverte de la grossesse. En d’autres termes: même si elle désire cet enfant, elle peut se sentir ambivalente par rapport à sa grossesse, voir se sentir angoissée et c’est normal, il ne faut surtout pas culpabiliser : c’est un événement important qui change une vie. Il faut se laisser le temps d’accepter cette grossesse, c’est important. Ce n’est pas parce qu’on veut un enfant qu’on est prête à l’avoir.
Avant de l’annoncer, l’important est d’être soi-même prête, d’avoir intériorisé et digéré cette nouvelle.

De manière générale, on conseille d’attendre la première échographie pour être rassurée sur la viabilité de l’enfant, qu’en pensez-vous ?

Sauf si on éprouve le besoin d’en parler, je pense qu’il est bien d’attendre cette fameuse échographie de la 12ème semaine, avant l’annonce à son entourage. (Ndlr : Cela permet d’éviter des situations douloureuses en cas de fausse couche pour le couple comme pour l’entourage). Avant tout, il faut faire comme on le sent soi-même, il y a des femmes très prudentes voire méfiantes et puis il y a celles qui sortent du laboratoire et qui préviennent toute la contrée je crois que c’est vraiment une question personnelle…

Peut-on s’attendre autant à de sincères et belles démonstrations de bonheur comme à d’étranges réactions de la part du papa ?

L’annonce de sa grossesse peut aussi convoquer des émotions contradictoires et susciter des réactions parfois très heureuses mais aussi inattendues. Il faut accepter de lui laisser le temps d’assimiler la nouvelle. Chaque personne a sa propre histoire, rappelons-le. Le conjoint peut éprouver les mêmes sentiments que la maman, il peut se sentir mal, anxieux, angoissé parce que l’annonce de la grossesse va provoquer chez lui la peur de devenir père. Cela veut dire s’engager dans une vie avec une nouvelle relation de couple et de nouvelles responsabilités. La grossesse comme la naissance provoquent des bouleversements psychiques importants même si c’est très inconscient.

Qu’est-ce que l’annonce implique pour les futurs grands-parents ?

D’abord il faut considérer que les grands-parents changent de statut, c’est un bouleversement pour eux aussi. Cela réactive leurs propres souvenirs positifs mais cette annonce les confronte également à la succession des générations, les renvoie à leur propre finitude. Ce n’est pas forcément évident. Même si par ailleurs ils peuvent aussi se réjouir à considérer qu’il y a une sorte de perpétuation de la lignée familiale.

Avez-vous des recommandations quant au reste de la famille, notamment les frères et sœurs, les tantes et oncles… ?

Les relations au sein d’une famille sont teintées des mêmes ressorts que dans la vie en général. On peut, comme certains le conseille réunir toute la famille pour une annonce, mais nous savons qu’au sein d’une fratrie nous pouvons entretenir des relations privilégiés avec certains frères ou soeurs. Un point me semble simplement important: que la famille laisse les futurs parents annoncer eux même la grossesse. L’inverse pourrait être très intrusif.

Comment l’annoncer aux amis ?

Si les amis généralement se réjouissent, leur réaction n’est pas toujours celle que l’on attendait. Cette annonce remodèle les relations sociales, elle peut créer des rapprochements, favoriser l’échange. (Ndlr : parfois l’inverse arrive aussi). Il faut savoir adapter son annonce à chacun en particulier si un couple est en difficulté procréative.

La famille s’aggrandit, comment présenter la nouvelle au premier enfant ?

Là encore il n’y a pas de règles. Cependant en fonction de l’âge, je conseille d’emprunter une terminologie et des termes adaptés à leur âge. Pour le coup, je conseille d’attendre, ne pas le dire trop tôt (mais faire très attention, les enfants comprennent tout).
Il faut dialoguer beaucoup, rassurer l’enfant sur la capacité des parents à aimer plusieurs enfants. Qu’on a un grand cœur et que dans son grand cœur, il peut y avoir beaucoup de monde. Selon les âges, cela peut être le moment de raconter à l’enfant les mystères de la conception.
Et si on ne sait pas très bien comment dire et qu’on est mal à l’aise, il existe de nombreux ouvrages adaptés aux enfants qui traitent la question avec beaucoup de sensibilité.

Sans aborder l’aspect légal, comment fait-on au travail, avec ses patrons, ses collègues ?

Il faut l’annoncer de manière cohérente. Si on le dit à tous les collègues et qu’on attend pour le dire à la direction, on s’expose à certaines situations délicates. Personnellement j’aurai tendance à suivre les délais légaux et à rassurer.


Photographie : Nick Beswick
Mots : Emmy Martens pour Mamababt Paris