Caroline, fondatrice de Mamababy et maman de Gaspard 2 ans et demi

Portrait caroline fondatrice mamababy maman gaspard

“L’allaitement était un vrai moyen de créer du lien avec mon bébé.”

La fondatrice de Mamababy est une maman comblée d’un petit Gaspard de deux ans et demi. Une naissance très attendue et qui a permis à Caroline de se poser les bonnes questions pour changer de cap et suivre un chemin qui lui correspondait davantage. Son lien avec son bébé, sa remise en question et son attachement à échanger avec d’autres mamans… Elle partage son expérience avec nous.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Je suis née à Toulouse, j’ai 36 ans. Avant de créer Mamababy, j’ai travaillé pour de grands groupes de cosmétiques pendant 12 ans en marketing développement, de l’idée du produit jusqu’à sa mise en place sur le marché. J’ai toujours été passionnée par tout cela, d’abord les parfums, puis les soins. Je trouve merveilleux de faire partie de la salle de bain des gens !

Vous êtes la maman de Gaspard, qu’a changé sa venue dans votre vie ?

Il est né fin 2016, ça a été une immense joie parce que nous avons mis 18 mois à l’avoir.  Nous nous sommes posé beaucoup de questions, et puis j’ai ressenti le besoin de vivre dans un environnement plus calme, plus sain au niveau alimentaire et cosmétique. J’ai véritablement pris conscience de tout cela pendant ma grossesse. J’ai fait un nettoyage par le vide dans ma salle de bain et dans mon alimentation. Tout cela a joué sur l’équilibre de mon corps.

Comment s’est passée votre grossesse ?

Je l’attendais tellement que l’annonce a été magique ! C’était une grossesse très épanouissante, je m’étais entourée de naturopathes, d’acupuncteurs, et je n’ai pas du tout été malade. J’ai senti Gaspard pour la première fois à 3 mois et demi, je faisais beaucoup de pilate et de yoga, j’étais très à l’écoute de mon corps.

Avez-vous eu des envies particulières ?

Mon acupuncteur m’avait dit de manger de la viande, alors que normalement je n’en mange pas. Je me suis sentie plus forte, j’étais portée, avec une énergie et une force intérieure. Pendant les 18 mois qui ont précédé, j’ai eu le temps de me poser des questions, de changer des choses. Cela est aussi passé par une remise en questions psychologique, je suis devenue plus authentique, plus à mon écoute pendant la grossesse.

Comment avez-vous vécu l’accouchement ?

Je ne voulais pas de péridurale parce que j’ai très peur des aiguilles. Je pleurais à chaque prise de sang ! En arrivant à l’hôpital, on m’a dit qu’il fallait absolument la faire parce que j’allais être trop fatiguée. Elle a tout de suite fait effet, mais une alarme s’est mise à sonner. On m’a dit qu’il fallait faire une césarienne en urgence parce que le cordon ombilical s’était coincé entre sa tête et mon col, il était en détresse respiratoire. Quand Gaspard est sorti, il ne criait pas très fort, j’ai donc été séparée de lui pendant 5 heures. J’ai vécu cela comme un arrachement. Après je n’ai plus voulu le lâcher. J’ai vu dans ses yeux que lui aussi était apaisé.

Avez-vous souhaité allaiter ?

Oui j’y tenais beaucoup, et ça a été sportif ! Au début Gaspard ne prenait pas beaucoup de poids. Et puis j’ai rencontré Rachel Lamb, conseillère en lactation et bénévole à la Leche League, qui m’a dit qu’il avait peut-être un frein trop serré sous la langue. Un ORL a libéré le frein avec une incision et il a pu téter correctement.
L’allaitement était un vrai moyen de créer du lien avec mon bébé. Notre corps est fait de pouvoirs extraordinaires, je ne dormais pas et pourtant je n’étais pas fatiguée. Cela me donnait de l’énergie. Je continue à l’allaiter aujourd’hui le matin et le soir, même s’il est diversifié Je pense arrêter quand lui le décidera, progressivement il se sèvre naturellement.

Dans quelle mesure la naissance de Gaspard a-t-elle motivé votre décision de devenir entrepreneuse?

Son arrivée a été déterminante. Je ne me voyais plus reprendre mon ancien travail. Et puis il y a eu d’autres questions sur les produits, les huiles essentielles, qui peuvent avoir de grandes vertus mais pas pendant la grossesse, ni pour les enfants. Petit à petit, l’idée est née de devenir entrepreneuse et de créer cette marque pour ne pas dénaturer le lien entre maman et bébé. Gaspard est à la crèche depuis le mois de septembre, quand il est là je ne suis qu’avec lui, et quand il est en crèche, je travaille au maximum. Mon but maintenant est de partager mon expérience, et de donner accès à des informations de qualité pour que les mamans puissent faire leurs choix de façon sereine et assumée. Je crois en l’empowerment des mamans.


Photographie : Olivia Thébaut pour Mamababy Paris
Mots : Tiphaine Lévy-Frébault pour Mamababy Paris