Bas les masques (de grossesse) !

A partir du 4 ème mois de grossesse, le risque de masque de grossesse est bien là, surtout avec les beaux jours. Mamababy vous dit tout sur cet étrange phénomène dont il vaut mieux se prémunir.

Avec notre ventre qui s’arrondit, l’arrivée du soleil, et le temps des déjeuners sur l’herbe, s’il est un sujet qui vient à toutes nos lèvres, c’est celui du fameux masque de grossesse. Mais qu’est ce donc que cet étrange phénomène ? Comment le prévenir ou le soigner ? Autant de questions auxquelles nous répond notre experte dermatologue, le docteur Nina Roos.

Qu’est ce que le masque de grossesse ?

Ce sont des anomalies pigmentaires qui surviennent sur des zones spécifiques du visage, dues à une sur-production de mélanine (le pigment qui colore la peau, fabriqué par les mélanocytes).

Quelle forme prend cette anomalie pigmentaire ?

Ce sont des taches assez larges, la délimitation des bordures irrégulières, un peu comme une carte de géographie.
Elles touchent plus particulièrement le milieu du front, la zone des pommettes, voire un peu plus bas sur les joues et éventuellement au dessus de la lèvre supérieure.

Qu’est qui provoque le masque de grossesse ?

Il y a plusieurs facteurs possibles : les œstrogènes, la génétique (ndlr: questionnez votre famille sur le sujet, le masque est héréditaire!), le soleil ou des actes irritants sur la peau (comme des actes cosmétiques agressifs).

Contrairement à ce que l’on pense, ce n’est donc pas forcément le soleil qui le provoque ?

Non, c’est souvent la conjonction de plusieurs facteurs. C’est majoritairement dû à l’imprégnation hormonale, cela peut s’aggraver au soleil. (Ndlr : pour beaucoup schématiser, il pourrait apparaitre en restant dans le noir simplement par imprégnation hormonale !)

A partir de quel mois de grossesse le masque peut-il apparaître ?

A partir du deuxième trimestre quand l’imprégnation en œstrogène commence à être vraiment importante.

Comment l’éviter ?

Il y a des facteurs qu’on ne peut pas contrôler, sa susceptibilité génétique et les hormones par exemple. La seule chose sur laquelle on peut avoir de l’influence, c’est d’abord de ne pas effectuer d’acte irritant sur le visage pendant sa grossesse, et de se protéger du soleil d’une façon très rigoureuse, surtout si on a la peau foncée.

Conseillez-vous d’appliquer de la crème solaire quotidiennement ?

Cela dépend du moment de la grossesse : à partir du mois d’avril jusqu’à fin septembre en métropole je le conseille dès qu’on met le nez dehors, et il est nécessaire de penser à renouveler l’application toutes les deux heures.
L’idéal est de se protéger avec un chapeau à larges bords, de grandes lunettes et de rester à l’ombre. D’autant plus que la chaleur n’est absolument pas bénéfique pour la future maman.

Elle peut notamment générer de la dilatation vasculaire, favoriser les jambes lourdes ou la déshydratation, ou l’inconfort tout simplement.
Il vaut mieux être dans l’excès et ne pas avoir de pigmentation que d’être un peu laxiste car on ne sait pas toujours faire partir le masque de grossesse lorsqu’il est apparu. En effet, celui-ci peut s’avérer définitif chez certaines femmes.

Comment choisir sa crème solaire ?

L’idéal serait d’utiliser une crème minérale pour deux raisons : la première est qu’elle offre la plus vaste protection contre la lumière du soleil, par conséquent c’est bien la crème la plus efficace en matière de protection. La seconde est que les substances de ces écrans minéraux ne vont pas pénétrer profondément dans la peau ni avoir de passages sanguins, ce sont des questions qu’on se pose aussi pendant la grossesse.

Si le masque de grossesse est apparu, comment le traiter pendant la grossesse ?

On continue la protection soleil pour qu’il ne s’étende pas. Pendant la grossesse, certaines crèmes sont autorisées en prévention et en curatif, choisissez deux crèmes de marques différentes afin de multiplier les actifs et les bénéfices. Une que l’on va appliquer le matin et l’autre le soir sur le visage entier. Attention petit rappel : pas d’huiles essentielles pendant la grossesse.

Peut-il apparaître post-accouchement ?

Oui absolument, soit parce qu’il y a encore une imprégnation hormonale -durant les 4 mois après l’accouchement- (ndlr: soit pendant toute la durée de l’allaitement), soit parce qu’on met en route une contraception qui va modifier l’équilibre hormonal -comme une pilule trop dosée en œstrogène-.

Post-grossesse peut-on le soigner d’une manière plus intense ?

Oui ! Premièrement, on prend rendez vous avec un dermatologue qui peut nous proposer des prescriptions médicamenteuses ou des peelings aux acides de fruit. Le moment idéal ? Le plus tôt possible, plus rapidement on le traite mieux c’est.

Est-ce que le risque de récidive est plus important lors d’une deuxième grossesse ?

Oui, si on a constaté qu’on a cette facilité à pigmenter sur une première grossesse, je préconiserai alors une protection plus stricte. Je rappelle aussi que ce n’est pas parce qu’on n’en a pas eu lors de la première grossesse que l’on n’en aura pas pour la seconde !

Vous aimerez aussi


* Dermatologue libérale à Paris, Docteur Nina Roos dispense également des conseils sur www.monsitebeaute.com et est l’auteur de 2 ouvrages : Une peau en pleine forme ! Editions Solar. 2016 et Les vergetures, de la clinique au traitement. Editions Med’Com. 2009


Pour aller plus loin (en anglais) : Académie Américaine de Dermatologie

Photographie : Ms Treinta
Mots : Emmy Martens pour Mamababy Paris