#BalanceTonPoids

Ceci est un appel à toutes les mamans, aussi bien celles d’enfants en bas âge que celles qui sont déjà grands-mères. Les futures mamans ont besoin de vous.
Pendant la grossesse, la question du poids est un sujet sensible. Et après l’accouchement, n’en parlons même pas. On n’a pas encore mis le pieds par terre qu’on nous demande combien de kilos il nous reste encore à perdre…
Petit guide de survie en zone de vigilance.

Pendant la grossesse :

Pour faire simple, on vous dira : 1kg par mois. Donc on arrive (encore) à calculer : enceinte, ça fait +9kg au total de la grossesse.
Sauf que chez Mambaby, on dit qu’il y a autant de prises de poids que de mamans.

Pourquoi ? Parce que la prise de poids pendant la grossesse dépend du poids initial, du style de vie, etc. Par exemple, pour certaines femmes qui ont toujours contrôlé leur alimentation et ont vécu en dessous de leur poids de forme, la prise de poids sera très probablement supérieure à 9kg; et inversement, certaines en gagneront moins. Donc : Relax

Nous ne sommes pas là pour vous rappeler les méfaits du surpoids ou d’une insuffisance de prise de poids (=la mummyrexie, contraction de maman et anorexie) pendant la grossesse ici, votre médecin sûrement l’a déjà fait. Donc sauf avis médical spécifique ou autre, Mamababy partage avec vous les recommandations des coachs professionnels de Club Mojo pour vous accompagner pendant la grossesse !

1. Lâcher la balance

Vous y montez déjà tous les mois donc inutile de vous peser tout le temps ! Surtout si la pesée est source de stress pour vous ou pour votre entourage. Le stress peut en effet avoir des répercussions négatives sur la grossesse et le développement de votre bébé. Mieux vaut vous accorder un peu de répit et prendre du temps pour vous que de vous mettre une pression insoutenable concernant la prise de poids.

2. Ne pas manger deux fois plus, mais deux fois mieux

Le mot de Flore, la coach Diététicienne :

Les besoins énergétiques augmentent légèrement (environ + 6 %) pendant la grossesse, à partir du 2ème trimestre. L’adage bien connu de devoir « manger pour deux » est donc légèrement exagéré… Par contre, il est essentiel d’apporter une alimentation de qualité à votre bébé. Dans la mesure du possible, privilégiez les produits frais, bruts ou peu transformés, locaux, bios et de saison. Faites la part belle aux fruits et légumes, aux céréales complètes, et aux fruits oléagineux (amandes, noix, noisettes, …), qui constituent une parfaite collation en cas de fringale. Vous pouvez également réaliser des gâteaux ou des biscuits maison dans lesquels vous contrôlez la quantité de sucre que vous incorporez.

3. Ne pas faire de régime non plus

Vous et votre bébé avez besoin de recevoir tous les nutriments issus d’une alimentation équilibrée. L’objectif : pour vous, rester en forme et pour lui, bien se développer. Avec un régime restrictif qui exclurait certaines catégories d’aliments, vous présenteriez le risque de développer certaines carences qui pourraient également impacter votre bébé.

4. Suivre vos intuitions

Le mot de Flore, la coach Diététicienne :

Si vous sentez une envie pour un aliment particulier (que ce soit la fraise, ou pas), respectez cet élan du corps. Il est probable que cela soit la traduction d’un déficit en un nutriment spécifique (oligo-élément, vitamine, …) et que votre corps cherche à combler ses besoins. Ces « envies » que l’on appelle également « appétits spécifiques » ont fait l’objet d’études scientifiques, et existent, que l’on soit enceinte ou pas. L’avantage, pendant la grossesse, c’est qu’on y est plus sensible, et plus en mesure de les écouter – profitez-en !

5. Couper court aux indélicat(e)s

Tout individu (connu ou inconnu) devrait arrêter de demander combien de kilos une future ou jeune maman a pris pendant sa grossesse. Sauf que c’est un vœu pieu et qu’on en est loin…

Si vraiment il (elle) insiste, vous avez 2 options :
1. Vous pouvez (et même devriez) mentir.
Pourquoi ? Parce qu’il n’y a que 2 résultats dans la tête de votre interlocuteur : « Good » ou « Pas good » (il peut alors considérer que vous avez trop pris ou à l’inverse, pas assez) alors qu’il (elle) n’est pas qualifié(e) pour avoir un avis sur le sujet. C’est entre votre gynéco/sage-femme/médecin et vous !

2. N’hésitez pas à placer une bonne répartie qui lui fera passer l’envie de reposer la question :-)
« T’as pris combien de kilo ? »
« 50. Comme ça, j’accouche et j’enchaine sur l’émission Belle toute nue. »

6. Recentrez-vous sur vous et votre bébé

Le mot de Emeline : la Coach de vie

Le principal c’est de vivre au mieux sa grossesse pour soi et son bébé, alors les autres pour le moment, on les laisse de côté, et on se recentre sur soi.

Comment ? On mettant en place des petits rituels tout le long de notre grossesse, comme par exemple :

  • Tenir un journal de la gratitude tous les soirs pour souligner 3 belles choses que nous avons vécu dans notre journée. Ainsi on reste focalisée sur le positif, et ainsi le positif amène le positif, on est dans un cercle vertueux
  • On se prévoit des plages horaires uniquement pour soi, et là on fait ce que l’on aime : massage, soins, bain, et toute autre idée qui vous motive

Et après la grossesse ?

20 kg à perdre ? Après la grossesse, le corps change. Il y a celles pour qui c’est un traumatisme et pour d’autres, la découverte d’une nouvelle féminité et sensualité. Dans tous les cas de figures, c’est un sujet sensible.

1. Laissez-vous du temps

Que vous allaitiez ou non, la perte de poids se fera progressivement. D’autant plus que vous avez d’autres priorités à gérer : il y a quand même un petit être qui vous demande toute votre attention, et qui a juste bouleversé votre vie.

Il est normal que la construction d’un nouvel équilibre prenne du temps. La réappropriation de votre corps, que ce soit du point de vue des douleurs, des relations sexuelles, de la récupération musculaire, ou encore de la perte de poids se fera selon un rythme qu’il ne sert à rien de vouloir forcer.

2. Il faut 9 mois pour faire un bébé et 9 mois pour défaire

Prenez soin de votre périnée et de votre abdomen en pratiquant des abdo en hypo-pression pour éviter la diastasis. La quoi ? la diastasis. C’est la conséquence d’un étirement trop important des muscles de l’abdomen et le diastasis des grands droits est souvent constaté chez la femme en fin de grossesse et après l’accouchement.

Le mot de Christelle : la Coach sportive

Il est important d’apprendre à ressentir votre corps (surtout après l’accouchement).
1. Allongez-vous sur le dos et cherchez à vous grandir , on éloigne les épaules et les hanches, c’est le principe d’auto-agrandissement mais fait au sol.
2. Ramenez légèrement le menton en direction de la poitrine pour étirer la nuque. Si vous ressentez de la gêne ou des tensions alors posez votre tête sur un petit coussin.
3. Puis pliez vos genoux et gardez les pieds au sol. Mettez vos mains au niveau du ventre.
4. Ensuite inspirez par le nez pour gonfler le ventre et la poitrine et puis engagez votre périnée (cela veut dire de serrer l’anus).
A cette étape, observez si vous ressentez votre périnée.
5. Puis expirez par la bouche comme si vous faisiez de la buée sur une vitre en rapprochant le nombril de la colonne vertébrale, en creusant le ventre (relâchez au moment de l’expiration le périnée)
Vous devez mettre toute votre attention sur les sensations musculaires.
6. Faites 5 respirations car cela fatigue les premières fois et peut donner le « tournis ».

Vous pouvez faire cet exercice tous les jours, cela va permettre de reprendre le contrôle sur l’ensemble des muscles abdominaux.


Objectivement les mamas, quand on découvre la pratique des abdos en hypo-pression, c’est une révélation ! Le travail est profond, hyper efficace, le ventre post partum disparait rapidement et il gaine rapidement la taille.

Le mot d’Emeline : la Coach de vie

On reste positive en mettant en place des petits rituels qui font du bien, qui améliorent notre estime de nous et qui nous permettent de lâcher prise, comme par exemple

  • Se regarder tous les jours une minute dans le miroir en se disant des mots doux « je t’aime », « tu es belle » et tout autre adjectif positif qui vous vient à l’esprit
  • Pratiquer la visualisation positive tous les jours pendant 5 minutes. Cela consiste à fermer les yeux, se relaxer, et se visualiser d’ici quelques mois en ayant atteint ses objectifs en y mettant le maximum de ressentis : bonheur, sentiment d’accomplissement, légèreté, bien-être, amour etc…
  • On continue le journal de la gratitude pour se concentrer sur le positif

Si vous avez besoin d’un coup de boost, MOJO a créé un programme #noregime #personnalisé avec une approche globale pour des résultats sur le long terme avec l’accompagnement des 3 coachs professionnels:

  • une coach diéteticienne,
  • une coach sportive
  • une coach de vie

Et ce n’est pas qu’à Paris 😉 Si les rencontres « en vrai » se font à la capitale, il y a aussi la possibilité d’avoir des rdv en FaceTime ou Whatsapp. Où que vous soyez, vous ne vous sentez jamais seule et vous êtes avec d’autres mamans comme vous.

Club Mojo Paris : Le prochain programme commence le 15 avril ! Inscrivez-vous vite !

Vous aimerez aussi :

Mots : Caroline Loup
Photographie : @ashleygraham @lylyetlouis